Avoir une place dans un port : ce qu’il faut savoir

Avoir une place dans un port : ce qu'il faut savoir

Après des années à avoir économisé, vous allez enfin pouvoir acheter votre bateau ? On vous félicite. Toutefois, avant de signer l’acte de vente, restez pragmatique et pensez à ce que cette nouvelle acquisition implique. Bien sûr, vous vous voyez déjà en haute mer avec des amis, mais une fois les croisières et la bonne saison terminée, où allez-vous mettre votre yacht ? Au port, vous dites-vous, mais avez-vous pensé à y trouver une place ?

Pourquoi faut-il penser à la place au port avant même d’acheter ?

Tout simplement parce que les places dans les ports sont très limitées. C’est pour cela que certains propriétaires de yacht doivent amarrer leur embarcation dans un port de Croatie ou d’Italie alors qu’eux-mêmes vivent en France le reste de l’année. Heureusement pour eux, il n’y a aucune loi leur interdisant cela, mais pour le côté pratique, c’est raté.

De ce fait, pour ne pas avoir à faire l’aller-retour entre la France et l’Italie chaque fois que vous souhaitez faire une sortie en mer, mieux vaut essayer de trouver une place de port dans votre pays de résidence principale ou, mieux encore, dans une ville côtière proche de votre région d’habitation. Cela vous permettra d’avoir votre bateau à portée de main chaque fois que vous aurez envie de naviguer un peu.

Ainsi, avant même de signer l’acte de vente, essayez de mener vos recherches pour qu’une fois l’embarcation acquise, vous ayez déjà un emplacement pour l’amarrer quand elle ne sortira pas en mer.

Lire aussi – Stockage bateau pneumatique : comment stocker son bateau pneumatique ?

Pourquoi est-ce si difficile de trouver une place de port en France ?

Pourquoi est-ce si difficile de trouver une place de port en France ?

Ces dernières années, les places dans les ports français se raréfient et ce n’est pas faute de toujours les agrandir. L’affluence est telle qu’il n’y en a plus suffisamment pour accueillir tout le monde. La bataille est donc rude et en moyenne, il faut patienter jusqu’à 5 ans pour se voir enfin céder un emplacement et pas forcément le meilleur. L’essentiel c’est d’enfin trouver une place pour pouvoir profiter pleinement de son embarcation.

Ce temps d’attente peut même se prolonger davantage si vous ciblez des ports dans le Sud de la France ou du côté de la Bretagne. En moyenne, il faut compter un temps d’attente de :

  • Six ans pour ceux qui veulent mouiller dans le port de la Rochelle
  • Douze ans pour ceux qui veulent une place dans le port de la Trinité sur Mer en Bretagne

Oui, certains ports sont plus prisés que d’autres. Si vous êtes très pressé de trouver un emplacement, le mieux serait de vous adresser aux ports peu fréquentés où le temps d’attente est beaucoup plus court. Notez qu’en France, on compte environ 470 ports avec plus de 165 000 places de ports disponibles dans leur ensemble.

Malgré ce nombre quand même assez conséquent, les autorités maritimes font état d’un manque de place d’environ 30 000. Et cela ne risque pas de s’arranger avec le temps puisque chaque année, de nouveaux propriétaires arrivent toujours sur le marché.

En effet, même si on dit que le secteur nautique est en baisse à cause justement de ce problème de trouver une place, cela n’est pas vrai pour le marché d’occasion. Ce dernier est stable depuis de nombreuses années, par contre, le marché du neuf est en baisse. Les amoureux de la mer devraient toutefois savoir qu’à part les places de port, il existe d’autres alternatives pour « garer » son bateau durant son temps d’inutilisation.

A lire – Quels sont les papiers à faire pour acheter un bateau d’occasion ?

Comment obtenir une place au port ?

Comment obtenir une place au port ?

Pour ceux qui veulent quand même essayer d’obtenir un poste d’amarrage dans un port, voici la procédure à suivre :

  • Effectuer une demande auprès de la capitainerie du port qui vous intéresse. Ne vous attendez pas à ce qu’on vous accorde une place tout de suite, car cette demande vous permettra de vous inscrire sur la liste d’attente. La capitainerie vous délivre deux feuillets à remplir. Ces feuillets portent un numéro qui sera votre numéro d’ordre sur la liste. Retenez bien le fait que l’attente se compte aujourd’hui en années et non pas en semaines ou en mois.
  • Renvoyer les feuillets remplis en bonne et due forme aux services de la Régie de la capitainerie sous pli recommandé. La date d’enregistrement de votre dossier court à partir de la date de réception de ce courrier par la Régie. Le dossier sera valide jusqu’au 31 décembre de l’année.
  • Renouveler votre demande : toutes les personnes qui ont déposé une demande de poste d’amarrage doivent renouveler leur requête année après année. Il ne faut pas s’attendre à ce que la Régie vous contacte pour vous rappeler de faire le renouvellement. Vous devez y procéder, car aucune relance ne sera faite. Le renouvellement doit se faire au cours des deux mois suivants le 31 décembre de l’année précédente. Pour le réaliser, vous devez envoyer une photocopie du bon de renouvellement qui se situe au recto du formulaire à la Régie. Le courrier doit être envoyé sous pli recommandé. Attention, en cas de non-renouvellement durant le délai imparti, votre nom sera définitivement radié de la liste d’attente ce qui raccourcira le délai pour les autres. Là encore, aucune relance ne sera faite donc soyez pragmatique.

Il faut noter que toutes les informations mentionnées sur les feuillets doivent être à jour. Si après dépôt de la demande ou du renouvellement, vous avez déménagé ou changé votre numéro de téléphone, vous devez prévenir la Régie et procéder à une demande de modification de votre dossier. Vous pouvez envoyer votre requête par courrier ou vous rendre directement auprès de la Régie de la capitainerie.

D’autres feuillets portant le numéro d’ordre qui vous a été attribué dès le début de la procédure vous seront alors délivrés. Remplissez les documents et renvoyez-les sous pli recommandé. Ces derniers vont remplacer les premiers feuillets que vous avez remplis.

Dans le cas où vous avez procédé à une demande de changement de catégorie tarifaire, le nouveau dossier sera déplacé dans la catégorie demandée sans que le numéro d’ordre soit modifié.

Que faire lorsqu’une place vous est enfin accordée ?

Que faire lorsqu’une place vous est enfin accordée ?

Après des années d’attente, la capitainerie vous appelle enfin pour dire qu’une place s’est libérée et puisque vous êtes le premier sur la liste d’attente, la place est pour vous ? Que devez-vous faire maintenant (à part sauter de joie) ? Vous devez vous dépêcher de retenir la place.

Attention, si vous refusez l’offre pour une quelconque raison, votre nom sera radié définitivement de la liste d’attente. Il en va de même si vous ne répondez pas au courrier que la Régie vous a envoyé dans un délai d’un mois. Il faut effectivement souligner que si la Régie n’a pas pu vous joindre par téléphone ou par mail, la bonne nouvelle sera annoncée dans un courrier en recommandé avec accusé de réception.

Un non-retour de votre part dans un délai d’un mois entraîne votre radiation définitive sur la liste d’attente. La place sera attribuée au demandeur suivant dont le bateau correspond à celui du premier de la liste.

Chaque fois que le premier de la liste aura été retiré (attribution de place ou radiation), un courrier est envoyé aux 2e et 3e de la liste pour les prévenir qu’ils ont avancé dans le classement.

Quelles sont les alternatives à la place dans un port ?

Quelles sont les alternatives à la place dans un port ?

Si votre envie de devenir propriétaire d’un bateau ne peut plus attendre, d’autres options sont envisageables :

Acheter un bateau neuf avec sa place de port

De nombreux concessionnaires proposent aujourd’hui cette formule pour relancer le marché du neuf. L’acheteur achète alors l’embarcation avec la place qu’elle occupe dans le port. Vérifiez tout de même que ce point figure sur le contrat et vérifiez également la durée d’occupation de l’emplacement. En moyenne, vous pourrez occuper la place pendant un an ce qui vous donne le temps de trouver d’autres solutions.

Notez bien que même si la place au port est incluse dans la vente, vous ne pouvez pas vous vanter d’en être le propriétaire. Vous n’en êtes qu’un occupant, le territoire maritime appartenant à l’Etat. Vous ne pouvez d’ailleurs vendre la place ou la sous-louer, car cela est interdit par la loi.

Acheter un anneau ou amodiation

Cela consiste à « acheter » sa place au port directement à un particulier. Ainsi, pendant une durée déterminée à l’avance, vous occuperez son emplacement à sa place. La durée peut aller de cinq à trente ans selon les cas.

Cette technique est différente de la sous-location de place qui est totalement interdite. Avec la sous-location, le propriétaire met sa place en location à l’insu de la capitainerie. Avec l’amodiation, le propriétaire doit d’abord signer un contrat d’amodiation avec le port pour être autorisé à louer sa place en son absence. Ce n’est qu’ainsi qu’il pourra vendre des anneaux à d’autres particuliers par la suite.

L’achat d’anneau est une pratique plus rentable qu’acheter une place au port, mais elle n’est que temporaire. Durant la durée d’occupation, il est conseillé de continuer ses recherches.

 Louer un emplacement dans un port à sec

De nombreux ports à sec ont vu le jour ces dernières années ce qui a permis à de nombreux propriétaires d’avoir un endroit pour mettre leur embarcation à l’abri quand elles ne servent pas.

Ce genre de port consiste à « stationner » les bateaux à terre et non à flot. Il doit se situer près d’un plan d’eau pour faciliter la mise à l’eau. La mise en stationnement et la mise à l’eau sont assurées par des engins de manutention spécifiques.

On distingue deux variantes pour ce système :

  • Le port à sec sur terre-plein : il est plus adapté aux voiliers et aux bateaux à moteur de grande taille
  • Le port à sec avec rack : il a été pensé pour les bateaux à moteur d’environ 8-9 mètres de long

A lire – Moteur bateau : quelles puissances pour conduire sans permis bateau ?

Le stationnement en port à sec donne de nombreux avantages. Le bateau s’abîme moins puisqu’il n’est pas en permanence dans l’eau. Le propriétaire n’a pas besoin d’appliquer à la coque de la peinture antifouling. Les frais de manutention sont quand même abordables. Et les fonds marins sont beaucoup mieux préservés ce qui octroie à ce système un intérêt écologique certain.

Louer une bouée de mouillage

 

Sur tout le littoral français, on compte plus de 100 000 mouillages dont un grand nombre du côté de la Bretagne. Recourir à leur service peut aussi être intéressant lorsqu’on ne dispose pas encore de place au port.

Le mouillage est un endroit où l’on peut « stationner » les bateaux sans risques. Ces derniers sont immobilisés au moyen de système leur permettant de ne pas être emportés par les vagues. Le mouillage se situe généralement dans une baie ou dans un estuaire, soit un endroit bien abrité du vent et des vagues.

Les zones de mouillage sont gérées par les capitaineries des ports de plaisance. Là encore, il ne s’agit pas d’acheter un emplacement, mais de le louer pour une durée déterminée.

Il faut souligner que des listes d’attente peuvent également exister, mais dans ces cas-là, l’attente est souvent moins longue. D’un point de vue financier, cette option est plus avantageuse, mais il faut reconnaître qu’on a accès à moins de prestations que dans une marina. Les mouillages sont généralement dépourvus d’électricité et d’eau ce qui complique les entretiens et menues réparations à bord.

Acheter un bateau transportable

Pour ne pas rencontrer les problèmes d’emplacement pour son bateau, de nombreux propriétaires préfèrent investir dans une embarcation transportable. Elle est certes plus petite, mais permet tout autant de profiter des joies de la mer sans problème et frais de stationnement.

Il leur suffit de tracter leur bateau sur une remorque à l’aller et au retour et de faire de la place pour l’embarcation dans leur garage.

Lire aussi – Comment bien choisir son type de bateau ?

Et si aucune de ces solutions ne vous convient, vous pouvez toujours vous rabattre sur la location de bateaux pour prendre le large. Ainsi, vous n’aurez pas de gros investissement à faire dans l’achat de l’embarcation, vous n’avez pas de frais d’entretien et d’amarrage à payer, vous ne vous cassez pas la tête à trouver un emplacement, mais vous pouvez quand même naviguer en mer quand vous le souhaitez et où vous le souhaitez. Les agences de location sont nombreuses et on y trouve tous les modèles de bateaux.

A lire aussi

Leave a Comment

*

code

CommentLuv badge