SNSM : rôle et fonctionnement de l’association de sauvetage en mer

Chaque année, la France enregistre environ 400 décès en mer. Il peut s’agir de baigneurs entraînés par la houle ou des navigateurs qui ont fait naufrage au large. Pour essayer de réduire ces pertes, l’association SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) a vu le jour. Quelles missions poursuit-elle et comment fonctionne-t-elle ?

En savoir plus sur la société

La SNSM, connue également sous le nom des Sauveteurs en mer, est une association à but non lucratif. Sur le plan juridique, elle prend la forme d’une association loi de 1901.

Officiellement, sa fondation remonte en 1967, mais bien avant cela, une première forme de société de sauvetage l’a déjà précédé. Il s’agit de la SCSN (Société centrale de sauvetage des naufragés) qui a été créée en 1865. La fusion de cette dernière avec la HSB (Hospitaliers sauveteurs bretons) a donné naissance à la SNSM.

Dès ses débuts, l’association a vocation à sauver des vies en mer, mais pas seulement. Ses bénévoles ont également décidé de porter secours aux personnes en difficulté que ce soit au large ou sur le littoral. C’est ce qu’elle propose aujourd’hui encore.

Quelles sont les missions de la SNSM ?

Globalement, elle s’est donné pour mission de sauver des vies en mer. Dans les détails, on lui attribue plusieurs missions dont les principales sont :

  • Le sauvetage au large :

Pour venir en aide aux navires en difficultés au large des côtes, la SNSM a implanté 218 stations desquelles partent les sauveteurs afin d’arriver le plus vite possible sur les lieux du sinistre. Grâce à ses nombreuses stations, elle peut agir sur une zone très vaste couvrant toute la France métropolitaine et Outre-mer.

Pour intervenir, l’association dispose d’une flotte importante regroupant de nombreux types d’embarcations ultramodernes. Celle-ci se compose de nombreux canots tous temps, de plusieurs types de vedettes allant de la classe V1 à V4, des vedettes d’instruction et des canots pneumatiques.

  • Le sauvetage sur le littoral :

Le sauvetage sur le littoral est également une spécialité des Sauveteurs en Mer. Elle est d’ailleurs l’unique association à avoir toutes les compétences requises pour le sauvetage au large et le sauvetage sur la plage. Dès que la saison estivale pointe le bout de son nez (de mai à septembre),        les nageurs sauveteurs de la SNSM ratissent les plages pour garantir la sécurité des baigneurs.

  • La formation de nageurs sauveteurs :

L’association se charge elle-même de former ses nageurs sauveteurs. Elle dispose, pour cela de 32 centres de formation. Dans leur ensemble, ils forment des centaines de jeunes chaque année. Notez que les formations ne s’intéressent pas seulement à la capacité des sauveteurs à nager. Ces derniers seront aussi formés à l’empathie afin qu’ils puissent apporter du réconfort aux personnes choquées suite à un accident.

A l’issue de ces cours, les sauveteurs obtiennent leur Brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique (BNSSA). Et comme ils doivent souvent intervenir dans l’eau, parfois au large, ils doivent disposer d’un permis bateau ainsi que d’un certificat restreint de radiotéléphoniste (CRR). Une période de stage mer est obligatoire pour valider les certificats.

  • La prévention et sensibilisation du public aux risques nautiques :

Tous les ans, le SNSM organise des conférences, des ateliers, des initiations, des démonstrations et des visites à bord de leurs embarcations pour sensibiliser le grand public à l’importance de leur métier. Les événements se focalisent sur le thème de la sécurité en mer, un sujet qui intéresse plus qu’on ne le pense étant donné que vacances d’été rime souvent avec nautisme et stations balnéaires. A travers ses démonstrations et ses conférences, l’association souhaite prévenir le public des dangers de la mer. Elle ne se focalise pas seulement sur les sorties en mer, mais parle aussi des risques liés à la baignade, aux sports nautiques …

Lire aussi – Gilet de sauvetage : comment bien choisir ?

Comment fonctionne la SNSM ?

sauvetage en mer

La SNSM est une association à but non lucratif. Comment peut-elle se permettre d’avoir des équipements d’aussi grande qualité dans ce cas ? D’où lui vient son financement ?

Tous les ans, la SNSM réalise plus de 5 500 sauvetages par an. Elle fournit donc un travail énorme qui lui permet de sauver plus de 7 500 vies tous les ans. Lorsqu’on va à la mer, savoir que ses nageurs sauveteurs sont là pour veiller sur nous offre un grand réconfort. Savez-vous pourtant que pour vous sauver, ces sauveteurs le font gratuitement ? Certes, ils interviennent souvent suite  la demande des centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS), mais en retour de leurs services, ils n’obtiennent aucune rémunération financière. Le seul fait de vous savoir sain et sauf leur suffit. En général, le CROSS alerte la station la plus proche du lieu de l’accident pour raccourcir autant que possible le temps d’intervention.

Mais comment l’association peut-elle se permettre une aussi grande générosité et bienveillance en sachant que les navires et équipements utilisés ont un coût ? Grâce aux dons et legs qu’elle bénéficie.

En effet, près de 80 % de ses ressources financières proviennent de donations et de mécénat. Seuls les 20 % restants proviennent des fonds publics. Cela signifie que si on souhaite qu’elle continue ses activités, tout le monde est encouragé à lui faire un don. Ainsi, elle pourra augmenter le nombre de ses sauveteurs afin de rester toujours aussi efficace durant les beaux jours de l’été.

Notez que même si la SNSM réalise la plus grosse partie de son travail en été, elle continue de garantir la sécurité en mer tout au long de l’année. C’est pour cela que sa flotte se compose de canots tous temps lui permettant d’intervenir quelle que soit la météo.

Enfin, il faut souligner que la SNSM n’est pas une structure unique au monde. On en trouve plusieurs homologues dans les autres pays. Avec ces derniers, elle travaille étroitement. Et comme eux, elle fait partie d’un réseau international de sauvetage en mer à savoir l’International Maritime Rescue Federation (IMRF).

Lire aussi – Première croisière : quelques conseils pour la réussir

Une équipe de bénévoles

Pour fonctionner, la SNSM possède une équipe très soudée. Cette dernière se compose de deux catégories de bénévoles :

  • Les bénévoles permanents :

Les bénévoles permanents sont ceux qui font avancer l’association tout au long de l’année. On y trouve les délégués départementaux, les présidents des stations de sauvetage,            les patrons titulaires d’une station de sauvetage, les directeurs de centres de formation et d’intervention et les trésoriers. Chacune des structures citées ci-dessus dispose de son propre trésorier à savoir les départements, les stations de sauvetage et les centres de formation.

  • Les bénévoles réguliers :

Dans cette catégorie, on retrouve :

  • Les sauveteurs embarqués : ils sont rattachés à une station de sauvetage. Parmi eux, on trouve des sauveteurs opérationnels qui embarquent à bord des navires chargés des missions de sauvetage en mer et des sauveteurs chargés de faire avancer la station. Il est donc possible de s’engager pour cette mission sans forcement partir à la rescousse directe des naufragés.
  • Les chargés de missions : ces derniers peuvent avoir différentes casquettes comme être affectés à la prévention, à la communication …
  • Les formateurs nageurs sauveteurs : ils ont pour mission de former les jeunes nageurs sauveteurs bénévoles. Pour occuper ce poste, ils doivent d’abord suivre des stages de formation spécifiques leur permettant d’atteindre le niveau voulu. Ils seront ensuite désignés, selon leur capacité, à former les jeunes.
  • Les nageurs sauveteurs : ils seront formes dans un centre de formation spécifique. A l’issue de leurs études, ils pourront participer aux missions de surveillance et de sauvetage sur les plages. Même s’ils s’engagent bénévolement, ils sont rémunérés soit par la mairie, soit par une collectivité de communes du littoral. Ils seront également rattachés à une unité départementale des missions de sécurité civile (UDMSC) ce qui signifie que la préfecture peut les mobiliser pour participer à des missions se référant à la sécurité civile.
  • Les responsables d’antennes : ils sont dépêchés dans les départements qui n’ont pas de délégués départementaux. Leur rôle sera donc de mettre en place des événements pour la collecte de fonds et faire connaître l’association au grand public.
  • Les bénévoles occasionnels :

Enfin pour compléter leur équipe, la SNSN peut aussi compter sur le bénévolat d’autres personnes externes pour leur donner un coup de main au moment opportun. C’est notamment le cas durant les fêtes de la mer et tout autre événement organisé par l’association.

Notez que tout le monde peut s’engager pour cette mission, car aucune compétence particulière n’est requise. Le but c’est de soutenir l’association autant qu’elle nous soutient.

 

A lire aussi

Leave a Comment

*

code

CommentLuv badge