Windsurf : comment monter le matériel ?

Windsurf : comment monter le matériel ?

Après quelques cours d’initiation en windsurf, vous souhaitez maintenant prendre votre envol et vous lancer à l’assaut des vagues tout seul ? Très belle initiative, mais avant de partir à l’aventure, avez-vous retenu comment effectuer le montage de la planche à voile ? Oui, pour pouvoir en faire, il faut que vous arriviez à assembler les différents éléments qui composent le matériel. On vous montre comment le faire.

Les différents éléments de la planche à voile

Avant de commencer, vous devez savoir identifier les différents éléments qui composent votre matériel. Pour faciliter les choses, sachez que la planche à voile comprend deux parties distinctes à savoir :

La planche

Egalement appelé  « flotteur », la planche se compose des éléments suivants :

  • Le pont qui est la surface supérieure de la planche et sur laquelle le vélipanchiste va se tenir
  • Les footstraps dans lesquels il faut faire glisser les pieds pour un bon ancrage au pont
  • Un pied de mât qui relie la planche et la voile
  • La dérive qui offre plus de stabilité. Notez que certaines planches (celles dédiées aux professionnels) n’en sont pas équipées. La planche à dérive est conseillée aux débutants.
  • La carène qui est la base inférieure de la planche, celle en contact avec l’eau et qui va glisser sur l’eau.
  • L’aileron qui contribue aussi à rendre la planche plus stable

Avant de choisir une planche, il est conseillé de se référer à la force du vent. S’il est fort, mieux vaut choisir une planche plus légère, sauf si vous êtes débutant. En effet, si on ne maîtrise pas encore totalement la discipline, mieux vaut toujours se contenter d’une planche plus lourde pour avoir plus de stabilité sur l’eau. Assurez-vous toutefois de choisir un flotteur adapté à votre poids. Si vous êtes bien enrobé et avez tendance à faire grimper la balance, mieux vaut choisir un flotteur avec un volume élevé. Par contre, si vous frôlez le poids plume, optez pour un flotteur de volume assez faible.

La voile

En ce qui concerne la voile ou le « gréément », on retrouve différents éléments sur celle-ci à savoir :

  • La têtière
  • Les lattes
  • La voile
  • Le mât
  • Le wishbone
  • Le tire-veille

La têtière, les lattes et le mât permettent de bien tendre la voile. Cette dernière, quant à elle, est celle qui va vous permettre de glisser sur l’eau grâce à la force du vent. Cela nous rappelle justement que la taille de la voile doit être choisie en fonction du vent. Le wishbone est l’élément grâce auquel on peut se tenir debout durant la pratique de la discipline et qui va vous permettre de contrôler votre voile. Le tire-veille est l’élément qui va nous permettre de relever la voile.

Découvrez aussi :

Le montage des éléments sur la planche

Le montage des éléments sur la planche

La première chose à faire c’est de trouver un endroit plat près de l’eau pour monter votre matériel. Tâchez de choisir une zone recouverte de sable ou d’herbes, pour ne pas endommager les éléments, surtout la voile. Lorsque c’est fait, commencez par fixer l’aileron et le pied de mât sur le pont de la planche. Utilisez un tournevis et serrez fort pour qu’ils soient bien ancrés. Une fois que c’est fait, mettez la planche de côté avec l’aileron ancré dans le sable pour qu’elle ne s’envole pas.

Attaquez-vous maintenant au montage de la voile.

Le montage de la voile

C’est la partie un peu plus complexe, mais avec de la patience, vous y arriverez. Dans le jargon marin, on parle de « gréer la voile » c’est-à-dire assembler la voile le mât et le wishbone. Voici les différentes étapes à suivre :

Faire l’inventaire du matériel

Avant de commencer, assurez-vous d’avoir tous les éléments sous la main pour ne pas devoir tout arrêter à mi-chemin. Voici les éléments que vous devez avoir :

  • Le mât ou plus précisément les deux parties du mât
  • La voile qui devra bien être enveloppée dans sa housse
  • Le wishbone
  • L’embase de mât et une rallonge
  • Une protection de mât (si nécessaire)

Procéder à quelques vérifications de base

Une fois que vous aurez fait l’inventaire, vérifiez que tous les matériels soient propres et en bon état. Si vous avez des résidus de sable au niveau des mâts, il est conseillé de les nettoyer d’abord à l’eau. Pour cause, le montage peut être facile, mais vous aurez ensuite du mal à dissocier les deux mâts.

Vérifiez également l’état de la voile. Normalement, elle a été enroulée soigneusement avant d’être rangée dans sa housse. N’oubliez pas qu’il ne faut jamais la plier au moment du rangement. N’hésitez pas à la dérouler à plat sur le sol pour situer tous ses composants et pour vérifier sa dimension. Ce détail va vous permettre d’ajuster la taille de la rallonge ainsi que celle du wishbone.

Pour précision, il faut identifier la têtière qui va accueillir le haut du mât, l’œillet du point d’écoute qui va accueillir le bout arrière du wishbone, le point d’amure qui va recevoir le bout de l’embase de mât et les lattes, normalement restées dans leur gousset. Une fois que vous les aurez situés, vous pouvez passer à l’étape suivante.

Fixer le mât

Fixer le mât

Une fois la voile étalée au sol, prenez les deux parties du mât puis assemblez-les. Commencez ensuite à l’enfiler dans le bas du fourreau en faisant attention lorsqu’il passe au niveau des cambers. N’oubliez pas la rallonge si la longueur du mât ne suffit pas pour la hauteur de la voile. Notez que la rallonge n’est pas forcément nécessaire. Une fois le mât bien enfilé, il faut maintenant fixer l’embase du mât à la voile puis la tendre.

Tendre la voile

Pour tendre la voile, il faut ajuster le bout entre la poulie de la voile et de la rallonge sans le faire croiser. Vous pouvez utiliser toutes les poulies à votre disposition afin de ne pas avoir à déployer trop de force pour tendre la voile. Pensez également à utiliser la boucle de harnais, voire un étarqueur si besoin est.

Continuez de tendre la voile jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de plis au niveau des panneaux entre les lattes. Quand ce sera fait, vous pouvez fixer le wishbone.

Placer le wishbone

Pour placer cet accessoire, il faut commencer par la poignée avant et surtout, n’oubliez pas de vérifier que celle-ci soit bien fixée. N’oubliez pas de lire les indications affichées sur le bas de la voile pour pouvoir ajuster correctement la longueur du wishbone. Vous pouvez forcer un peu lorsque vous fermez le wishbone pour qu’il reste bien en place et ne tombe pas durant la navigation.

Enfin, il faut tendre la voile au niveau de l’écoute en tirant juste assez pour pouvoir réguler facilement la puissance de la voile une fois que vous serez lancé. Notez que c’est la tension au niveau du wishbone qui va en déterminer la puissance.

Lorsque le vent est faible, il faut tirer légèrement à l’arrière du wishbone pour laisser de la puissance. Pour vous en assurer, faites ce test : vous pouvez toucher la voile sur le wishbone lorsque vous appuyez dessus avec votre main.

Lorsque le vent est fort ou modéré, il faut réduire la puissance en augmentant la tension. Le test à faire consiste à s’assurer que la voile ne touche pas le wishbone lorsque vous appuyez modérément dessus.

Régler les lattes

Maintenant que la voile est étendue et le wishbone en place, il faut vérifier la tension des lattes. Pour ce faire, voici comment procéder :

  • S’assurer que les lattes sont en butée contre les cambers puis fermer l’accès aux cambers.
  • Tendre les lattes : bloquez-les avec votre main gauche puis tirez sur les sangles jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de plis autour des goussets de latte. Prêtez une attention particulière à la latte la plus basse (celle placée sous le wishbone) lorsque vous tirez dessus, car d’elle dépend la courbure de la bordure de la voile.
  • Ajuster la taille du wishbone pour que la voile soit plus creuse.
  • Fixer les bouts aux points d’amure et d’écoute avec des nœuds marins.
  • Fixer le flotteur sur l’embase de mât grâce au diabolo.

Il ne vous reste plus qu’à vous jeter dans l’eau pour profiter de votre planche à voile.

Quelques conseils :

Si après mise en tension de la voile, vous remarquez toujours des plis, c’est qu’il faut faire quelques petits ajustements. Lesquels ? Il faut voir où se situent les plis.

S’ils se trouvent le long du mât, c’est qu’il faut tirer davantage sur les lattes ou a niveau du point d’écoute.

S’ils se situent dans le même axe que le wishbone, c’est la tension au niveau du point d’amure qui doit être augmentée.

Si d’autres petits plis persistent toujours ici et là au niveau de la voile, ce n’est pas bien grave, car ils vont disparaître d’eux-mêmes lorsque la voile sera gonflée par le vent.

A lire aussi

Leave a Comment

*

code

CommentLuv badge