La France vise à implanter un énorme projet des éoliennes marine

Alstom et Areva lancent un grand projet d’installation éoliennes marines

Une nouvelle filière industrielle dans le secteur éolien marin sera mise en place prochainement. Il s’agit d’un énorme investissement avec la création de nombreuses usines.
Areva et Alstom ont proposé la création de gigantesques éoliennes marines avec une altitude de 170 à 180 mètres au-dessus du niveau de la mer et d’une masse qui varie entre 400 à 700 tonnes.
Le gouvernement français a annoncé qu’il estime une implication maximale des entreprises françaises impliquées dans cette construction afin de réaliser «plus de 10.000 emplois industriels». Philippe Kavafyan, le vice-président d’Areva Wind, la filiale d’Areva dédiée à l’activité éolien en mer a annoncé que «Trouver et qualifier les fournisseurs est une procédure qu’il a fallu engager depuis de nombreux mois».

Un énorme investissement des éoliennes marines en France


Les fabricants ont commencé l’organisation et la planification des usines qui iront avec cette nouvelle construction éolienne. Le groupe Alstom envisage l’installation des unités de production à Cherbourg, pour les pales et le mât, et à Saint-Nazaire, pour la nacelle et l’alternateur. Le PDG d’Alstom Patrick Kron a estimé que «le dimensionnement industriel du projet sera fonction des résultats de l’appel d’offres». Quand à la filiale Areva, elle envisage d’installer deux grandes usines au Havre.
Les opérations d’implantation des éoliennes en mer sont aussi importantes que M. Kavafyan a souligné que le groupe devra «mobiliser un maximum de 450 personnes sur un parc de 100 éoliennes. Et cette installation prendra au moins deux ans.»
Selon Patrick Garnier, le président d’Agence maritime de l’Ouest, entreprise de transport maritime et de manutention a déclaré que «chaque champ nécessitera trois bateaux de 18 mètres disponibles sur une plage horaire large, précise Et chaque navire embarquera trois marins et de douze à quinze techniciens.»
Certaines autres entreprises se sont lancé dans ce projet comme UCN Meca, une entreprise de 75 personnes spécialisée dans l’usinage de pièces de petite taille. En fait Alexandere Soto le dirigeant d’UCN Meca a expliqué qu’ils ont «dépensé 1,3 million d’euros afin de construire un nouveau bâtiment.. Et nous prévoyons encore 300.000 euros d’achat de matériel supplémentaire.»

Leave a Reply

CommentLuv badge