Le DCNS se retire de l’aventure de l’Hydroptère

Le DCNS se retire du programme océanique de l’Hydroptère

Alain Thébault, le navigateur français qui a entamé la construction du voilier volant français, l’Hydroptère, vient d’annoncer sa déception de voir le DCNS, groupe naval et de défense français se retirer du programme océanique du voilier.
M. Thébault a souligné sa déception de la décision du DCNS tout en assurant qu’il va poursuivre l’aventure pour atteindre un nouveau record de la traversée du Pacifique.

L'Hydroptère

L’Hydroptère


En effet, le voilier à foils ou ce qu’on appelle plans porteurs est aux Etats-Unis, à San Francisco, depuis le mois de juillet dernier pour tenter de battre le record du Pacifique.
Mais, suite à une très mauvaise météo, le projet fut reporté pour l’année prochaine.
M. Thébault a indiqué que « la tentative a été reportée d’un an, mais ce nouveau calendrier ne correspond plus aux attentes de DCNS, qui n’a pas de marché aux Etats-Unis ».
Le navigateur a publié un communiqué dans lequel il a tenu à remercier le DCNS  « dont le soutien a permis de lancer la campagne océanique du bateau qui vole, indique encore le communiqué. L’équipe de l’Hydroptère salue également les ingénieurs du groupe et tous ceux qui ont soutenu le projet pendant un an ».
D’autre part, Alain Thébault a avoué qu’avec son équipe, ils sont  » surpris et évidemment déçus de ce revirement mais nous gardons bon espoir. C’est la première fois qu’un voilier hydrofoiler tente un record océanique. DCNS nous a donné les moyens de démarrer l’aventure et nous irons jusqu’au bout ».
Ce voilier, l’Hydroptère s’agit en fait d’un trimaran à plans porteurs, faisant 18,28 mètres de longueur et 24 mètres de largeur. Il a une capacité de transporter environ 560 mètres carrés de voilure.
En 2009, l’Hydroptère a réussi à dépasser les 50 nœuds, soit un peu plus que 90 km/h.

Leave a Reply

CommentLuv badge