L’équipe du Trimaran FenêtréA-Cardinal remporte la Transat Québec Saint-Malo

Les skipper du trimaran FenêtéA-Cardinal remporte la Transat Québec Saint-Malo 2012

Le skipper Erwan Le Roux et son équipe remporte la 8ème édition de la Transat Québec Saint-Malo.
Après une longue nuit perturbée, l’équipe FenêtréA-Cardinal réussit à arriver devant les remparts de la cité corsaire, en laissant derrière tous les autres concurrents.
L’équipe Team FenêtréA-Cardinal a réussi également à battre le record de  Franck-Yves Escoffier en 2008 de 11 jours 3 heures 19 minutes en réalisant un temps record de 9 jours 14 heures 21 minutes et 05 secondes.

L'équipe du Trimaran FenêtréA-Cardinal

L’équipe du Trimaran FenêtréA-Cardinal fête sa victoire


Les membres de l’équipe gagnante, le skipper morbihannais, Yvon Cardinal, Matthieu Souben et Antoine Carpentier se sont ainsi entré dans l’histoire de cette Transat.
Le coups du début de la Transat a été donné le  dimanche 22 juillet dernier sur les eaux du Saint-Laurent. L’équipe d’Erwan Le Roux a été annoncé dès les début grande favorite de cette course. Il a annoncé dès le début qu’il souhaite pouvoir réaliser un nouveau temps de référence à bord du tout nouveau trimaran FenêtréA-Cardinal.
Erwan Le Roux a souligné que « le départ s’est fait dans de la brise avec du très beau temps. Toute la descente du Saint-Laurent a été exceptionnelle. Après ça s’est un peu gâté parce qu’on est sorti au près dans des conditions de vent raisonnables mais dans une mer désordonnée. Le bateau a beaucoup souffert et l’équipage aussi. On a eu du mal à s’amariner, à s’alimenter correctement. Le plafond nuageux était très bas, l’humidité à 100%. On a été tout de suite trempé et ça a duré neuf jours. Quand on a des conditions comme ça au départ, ce n’est jamais simple pour la suite. On a su trouver ensuite le bon rythme, une fois qu’on a passé Saint-Pierre » .
Tout au long de la course, les équipiers de M. Le Roux ont du souffrir du chahut permanent, ce qui les a contraint de choisir de lever le pied pour laisser passer le phénomène indélicat . M. Le Roux a ajouté que  « quand on a vu qu’on avait la possibilité de faire une traversée de l’Atlantique jusqu’à Saint-Malo en quatre jours, on s’est dit que c’était bien, mais on pouvait aussi échapper au front qui nous tenait depuis plusieurs jours. On a décidé de ralentir sur les bancs de Terre Neuve. Le bateau était à 10 nœuds au lieu d’être à 25. Ce qui nous a fait prendre cette décision c’est que dans tous les cas, même en passant dans le front, on arrivait à la même date au Fastnet. On s’est dit autant attendre 24 heures, se reposer des trois jours qu’on a pris au près et pouvoir après enquiller des bonnes journées avec une mer belle. Il a fallu rester en arrière du front en attendant qu’il se résorbe. On a su renvoyer les voiles et attaquer dans le bon tempo. Après ça a été la traversée expresse, on a pris énormément de plaisir avec ce bateau qui est fait pour ça. On prend confiance avec ce genre de bateau, à aucun moment ça n’a été chaud. Quand on est arrivé au Fastnet, on avait encore 3 nœuds de marge. On arrive à garder une stabilité de 24 nœuds sous pilote avec juste une main sur l’écoute. On a pris beaucoup de plaisir à voler, surfer dans les trains de houle ces derniers jours » .

Leave a Reply

CommentLuv badge