SeaFrance en liquidation et LDA annonce un projet de reprise des marins

SeaFrance, un projet de reprise par Louis Dreyfus Armature

Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l’écologie et des transports a déclaré lundi le 9 janvier que Louis Dreyfus armateurs (LDA) a l’intention de reprendre les 300 marins qui travaillait à la compagnie de ferries en liquidation, SeaFrance.
Le tribunal de commerce de Paris avait annoncé la liquidation définitive et l’arrêt de toute activité de la compagnie de ferries transmanche, cette filiale déficitaire de la SNCF.

SeaFrance en iquidation


Le gouvernement français espère retrouver au plus vite une solution en ce qui concerne l’emploie et les employés de ce dossier avec l’aide d’un partenaire privé comme Eurotunnel ou Louis Dreyfus à la veille des élections présidentielle.
Les juges consulaires du tribunal de commerce ont refusé également le sursis demandé par les salariés après le soutien apporté par le groupe Eurotunnel qui consiste à  une reprise par une société coopérative et participative, la SCOP.
Selon le tribunal cette offre de reprise présente « le grave inconvénient de ne pas comporter le financement nécessaire pour redémarrer l’activité ». En contre partie les défenseurs de ce projet ont réclamé que ce refus n’est autre qu’un « gâchis énorme ».
Actuellement c’est le groupe Louis Dreyfus Armateurs qui « propose de mettre dans le détroit deux de ses bateaux et de reprendre trois cents marins de SeaFrance, tous des marins français, sous pavillon français, pour assurer la liaison Calais-Douvres », selon les déclarations de madame la ministre de l’écologie et des transports.
Rappelons qu’un tel projet avait été annoncé par LDA, le 16 novembre dernier qui porte sur la reprise d’environ 500 employés, mais il a été refusé par le syndicat CFDT à cause du partenaire danois auquel les syndicalistes s’opposaient.
Lors des dernières déclarations de lundi, Mme Kosciusko-Morizet n’a pas évoqué le partenaire danois.
Mme Kosciusko-Morizet a précisé qu’elle irait mardi à Calais afin de discuter avec les salariés et tenter de trouver une solution pour ce dossier.
La ministre n’a pas parlé de la candidature surprise d’Eurotunnel.
En fait, Jacques Gounon, le PDG d’Eurotunnel, a annoncé que le groupe est « candidat pour être majoritaire, quelque part entre 51 % et 100 %, dans une structure de portage qui reprendrait les navires de SeaFrance ». Ceci pourrait remettre les navires sous la disposition de la SCOP. Une offre qui a l’air d’intéresser la CFDT de SeaFrance.

36 millions d’euros d’indemnités

La décision prise du tribunal est dans le sens que le gouvernement français souhaite puisqu’il s’est annoncé prêt à soutenir la SCOP dans le cas d’une liquidation définitive. Ce qui permettra à la SNCF de verser aux salariés des indemnités de licenciement destinées à financer leur projet de reprise. Un projet qui n’a pas l’air de satisfaire les salariés.
36 millions d’euros est la somme annoncé par la SNCF afin d’indemniser les salariés de SeaFrance qui seraient licenciés. Des indemnités acceptées par le conseil d’administration de la SNCF.

Leave a Reply

CommentLuv badge