Hivernage bateau : comment procéder ?

Hivernage bateau : comment procéder ?

4.7/5 - (3 votes)

Dès l’automne, les propriétaires de bateaux et yachts ont intérêt à penser à l’hivernage de leur embarcation. Le but : faire en sorte que le bateau reste en bon état durant tout l’hiver pour que la remise à l’eau, au printemps suivant, se déroule sans encombre. Pour l’hiverner, deux options sont possibles : le sortir de l’eau pour un stockage au sec ou le maintenir à flot. Laquelle choisir et comment procéder ?

Hivernage au sec ou hivernage à flots ?

Hivernage au sec ou hivernage à flots ?

Pour hiverner un bateau ou un yacht, vous disposez de deux options : un hivernage à terre ou un hivernage à flots.

L’hivernage à terre

L’idéal serait de sortir le bateau de l’eau en hiver pour le préserver de la corrosion, de l’humidité et des vents violents. Une fois hors de l’eau, il est plus facile d’accéder à toutes les zones à entretenir, y compris la coque. C’est alors le moment d’entreprendre des réparations, un nettoyage complet, une révision générale …

Vous pouvez confier l’hivernage à terre de votre bateau à la capitainerie du port. Néanmoins, si vous souhaitez entreprendre des travaux (de réparation ou de rénovation) importants, vous pouvez confier la tâche à un chantier naval. Ce dernier s’occupera de tout (sortie de l’eau, acheminement du bateau jusque sur leur chantier, stockage, réparation, remise à l’eau …).

Dans les deux cas, le stockage à terre représente une dépense importante puisque vous devrez payer votre place de parking sur le terre-plein à part les frais pour les autres prestations. Outre le stockage, il est effectivement possible de demander un nettoyage complet, des entretiens réguliers, des réparations ou une révision générale auprès des responsables.

Pour réduire les coûts, vous pouvez vous en charger vous-même, mais cela risque d’être difficile si le bateau est stocké sur un rack. Le plus simple et le plus économique serait de stocker l’embarcation chez vous.

En effet, cela est possible si vous possédez un hangar ou disposez d’une place suffisante pour l’accueillir. Les coûts seront grandement réduits, mais il faudra quand même payer les frais pour le sortir de l’eau, l’acheminer jusqu’à chez vous et le remettre à l’eau, au printemps suivant. Cela vous laisse tout l’hiver pour l’entretenir jusqu’aux beaux jours.

Pour information supplémentaire :

Sortir le bateau de l’eau en hiver est parfois imposé par certaines compagnies d’assurance. Tâchez de vérifier ce terme avant la signature du contrat pour vous préparer à cette éventualité.

Découvrez aussi l’assurance location bateau

L’hivernage à flot

L’hivernage à flot consiste à ne pas sortir le bateau de l’eau malgré le froid hivernal. Cette option procure quelques avantages, mais il faut avouer que le mieux reste quand même un stockage à terre pour préserver la coque de la corrosion et protéger l’embarcation du gel et des conditions météorologiques peu clémentes en hiver.

Un maintien du bateau dans l’eau réduit les coûts, car vous n’avez pas d’emplacement sur le terre-plein à payer et pas de frais de sortie de l’eau. Vous devez quand même continuer à payer les frais de port ou la location de l’emplacement dans le mouillage ou la ria choisie.

A lire aussi – Avoir une place dans un port : ce qu’il faut savoir

Cela permet aussi de faire tourner le moteur de temps à autre. Vous pourrez même vous offrir une petite sortie en mer durant la journée lorsque le temps vous le permet. Dans ce cas-là, un désarmage partiel suffit.

Par contre, pour que l’hivernage à flot n’endommage pas trop votre bateau, il faut :

  • Le désarmer, soit partiellement, soit entièrement selon les cas. Si vous comptez naviguer en formule « dayboat », un désarmage partiel suffit. Dans ce cas-là, vous ne gardez que les équipements indispensables à bord. Pour le désarmer complètement, il faut retirer tous les éléments de confort (matelas, sacs de couchage, coussins …), tous les équipements de sécurité comme les gilets de sauvetage, toutes les cartes de navigation, tous les équipements électroniques, les voiles … En gros, il faut vider complètement le navire.
  • Hiverner le moteur : cela consiste en un entretien général du moteur et de tous ses composants. Il faut notamment faire une vidange, remplacer les filtres, vérifier les différentes pièces et les réparer/remplacer selon les cas …
  • Doubler les amarres, car les eaux sont souvent agitées en hiver donc les amarres doivent être assez robustes pour bien maintenir le bateau
  • Le sortir de l’eau, au moins durant quelques jours, pour entretenir la coque et effectuer le carénage.

Le principal inconvénient d’un hivernage à flot c’est que le bateau reste dans l’eau ce qui signifie que la coque est mouillée en permanence. Cela est pourtant néfaste pour le navire d’où l’intérêt de prévoir une sortie de l’eau durant quelques jours afin de l’entretenir.

A part laisser le bateau au ponton, vous pouvez opter pour un hivernage sur un mouillage. Autant que possible, choisissez un mouillage bien abrité (une ria ou une baie protégée par exemple). Disposer d’une bouée dans une zone à marée est aussi à envisager, car cela permet au bateau de se retrouver au sec durant les marées basses. Vous pourrez alors en profiter pour entretenir la coque.

Lire aussi – Stockage bateau pneumatique : comment stocker son bateau pneumatique ?

Quelles sont les étapes à suivre pour hiverner son bateau ?

Quelles sont les étapes à suivre pour hiverner son bateau ?

Pour bien hiverner son bateau, quelques étapes doivent être remplies auparavant.

Vider le bateau

Avant de laisser pour l’hiver, il faut le vider de tous ses équipements, surtout les plus coûteux. L’objectif : mettre ces équipements à l’abri des intempéries hivernales et des voleurs. Qu’allez-vous retirer ?

  • Tout le matériel électronique (GPS, VHF, PC, radios, Navtex …) : non seulement ils coûtent très cher, mais doivent aussi être à l’abri de l’humidité. Rapportez-les chez vous ou mettez-les en lieu sûr.

Ceci peut vous intéresser – Shipheart, le premier tableau électrique tactile et connecté pour la navigation

  • Les coussins, les matelas, les sacs de couchage, les draps, les banquettes, le taud, les selleries … : ils doivent aussi être retirés pour qu’ils ne prennent pas l’humidité. Dans le cas contraire, vous aurez bien du mal à retirer l’odeur d’humidité et les éventuelles traces. Avant de les ranger, pensez d’abord à les laver et à les sécher.
  • Tous les autres équipements tels que les gilets de sauvetage, les balises de détresse, les bouées, la pharmacie, les palmes, les équipements de loisirs, la bouteille à gaz, les batteries, les ustensiles de cuisine, tout le contenu du réfrigérateur …

Lorsque vous videz le bateau, prenez le temps de vérifier l’état de chaque équipement retiré avant de le ranger. Profitez-en pour remplacer ceux qui sont dans un mauvais état et pour entretenir ou réparer ceux qui en ont besoin.

Nettoyer le bateau

Une fois tous les équipements retirés, il faut procéder à un nettoyage complet. Utilisez un karcher pour gagner du temps et des produits écologiques. Planchers, selleries, réfrigérateur … tout doit être bien nettoyé y compris l’intérieur des placards, des coffres et des cabines. Laissez les portes ouvertes pour bien les aérer.

Nettoyer les cabines

Pour un nettoyage complet des cabines, il faut un nettoyage à l’eau puis dessaler les lieux. Pensez également à :

  • Hiverner et contrôler les toilettes : on vide les cuves à eaux noires, on débranche les arrivées d’eau et on graisse les joints.
  • Vidanger le circuit d’eau douce.
  • Vérifier l’étanchéité des hublots.
  • Mettre en place un absorbeur d’humidité.

Pour le nettoyage des circuits d’eau et des WC, vous pouvez utiliser du vinaigre blanc. Mettez ensuite de l’antigel pour protéger le circuit.

Effectuer le carénage

Si vous optez pour un hivernage au sec, pensez à effectuer le carénage avant de ranger le bateau. Cela consiste à nettoyer la coque pour retirer les coquillages et les algues. Procédez au karcher, mais faites attention à bien manipuler cet équipement pour que le jet d’eau n’endommage pas la coque.

Si des saletés s’incrustent, utilisez plutôt une raclette pour les gratter au lieu d’insister avec le karcher. Vous pouvez également utiliser du papier de verre fin à l’eau pour retirer le calcaire. Attention, un ponçage à sec est déconseillé, car la poussière d’antifouling est très nocive.

Terminez cette étape par un nettoyage de l’arbre et de l’hélice. Cela se fait par grattage et ponçage. Pour ces derniers, un ponçage à sec est possible puisqu’ils ne sont pas couverts d’antifouling. D’ailleurs, il faut éviter d’appliquer de l’antifouling pour coque dessus, car le produit favorise la corrosion.

Qu’en est-il de l’antifouling ?

Le mieux c’est de le faire quelques jours avant la remise à l’eau du bateau. Pour l’heure, il suffit de nettoyer la carène avant d’hiverner le bateau.

Hiverner le moteur

Idéalement, il faut faire appel à un professionnel pour hiverner cette partie mécanique du bateau, car les étapes à suivre varient selon le type de motorisation. Néanmoins, il existe quelques étapes faciles que vous pouvez réaliser vous-même surtout si vous ne comptez pas faire une révision du moteur. Comment faire ?

Commencez par rincer le moteur puis appliquer un produit anticorrosion à l’aide d’un pulvérisateur. Continuez par un graissage et mettez un stabilisant dans l’essence. Ce produit évite au carburant de pourrir durant l’hiver et le protège de l’humidité. Si vous n’avez pas besoin de la pompe de cale, débranchez les batteries, retirez-les et rangez-les chez vous. Pensez à les recharger de temps en temps.

Lire aussi – Bateau à moteur : quelle consommation ?

Une fois toutes ces étapes accomplies, retirez le bouchon de coque pour que les eaux ne stagnent pas à bord du navire.

Entretenir le bateau durant l’hivernage

Durant l’hiver, même si vous ne sortez pas en mer, pensez à entretenir le bateau de temps à autre. Si vous le confiez à un chantier naval, les professionnels s’occuperont de l’entretien, de la révision générale et des réparations qui s’imposent. Dans le cas contraire, vous pouvez demander au personnel de la capitainerie du port pour s’en charger ou vous en charger vous-même. Rassurez-vous, sauf la révision et les réparations, l’entretien reste simple. Cela consiste à :

  • Nettoyer le pont, le fond de cale, la baille à mouillage et les coffres.
  • Retirer les voiles (pour les voiliers) et les laver avant de les stocker au sec. Il en va de même pour les drisses et les éléments qui l’accompagnent.
  • Nettoyer et dégraisser les flotteurs (pour les semi-rigides).
  • Dessaler les équipements d’amarrage (chaîne, ancre et bout) et retirer les algues. Vérifiez également que chaque élément est en bon état.
  • Retirer et nettoyer les tauds, les biminis et toutes les autres capotes avant de les stocker au sec.
  • Déjaunir la coque et le pont.
  • Polisher la coque si cela est nécessaire.
  • Reprendre les éclats de gel-coat de la carène, de la coque et du pont.

Enfin, avant de le laisser pour les semaines à venir, recouvrez l’embarcation d’un taud ou d’une bâche thermorétractable. Ces derniers restent en place malgré les vents forts hivernaux et protègent le bateau des rayons UV et de la pluie.

Derniers conseils

Si vous optez pour un hivernage à flot, il faut doubler de prudence, car en hiver, les prévisions météorologiques sont souvent mauvaises. Par conséquent, il faut penser à :

  • Bloquer la barre.
  • Doubler les amarres et installer des morceaux de flexible sur les zones de ragage pour les protéger.
  • Installer des amortisseurs d’amarres et les vérifier régulièrement.
  • Eloigner les gardes de la coque pour éviter que le ragage n’endommage la peinture et le gel-coat.
  • Fermer toutes les vannes de passe-coque.
  • Vérifier le fonctionnement des pompes d’assèchement automatiques.
  • Vérifier et remplacer régulièrement le presse-étoupe, le joint du sail-drive et le joint d’arbre d’hélice.

A lire aussi

Leave a Comment

*

code

CommentLuv badge